Les premières chambres de traitement par l’iode de l’hôpital Saint-Louis fêtent leurs 25 ans

Un site utilisant Réseau AP-HP

GROUPE HOSPITALIER 10ᵉ

Les premières chambres de traitement par l’iode de l’hôpital Saint-Louis fêtent leurs 25 ans

6e janvier 1989, l’hôpital Saint-Louis ouvre les deux chambres d’hospitalisation radioprotégées pour le traitement par l’iode 131 (IRAthérapie) des patients atteints d’un cancer différencié de la thyroïde. Une responsabilité qui avait été confiée par le Pr Yves Najean, chef de service de médecine nucléaire, au Dr Marie-Elisabeth Toubert, médecin endocrinologue et spécialiste en médecine nucléaire, tout juste arrivée dans  le service.

Actuellement, ces deux chambres radioprotégées restent uniques dans la région nord de Paris.

1er mars 2012 : création au sein du service de médecine nucléaire (Pr Pascal Merlet) de l’unité fonctionnelle (UF) de radiothérapie interne vectorisée (RIV) et oncologie endocrinienne, placée sous la responsabilité du Dr Marie-Elisabeth Toubert. L’équipe médicale actuelle de l’UF RIV et oncologie endocrinienne :

  • Dr Cécile Chougnet, oncologue et endocrinologue, PHC temps plein,
  • Dr Taly Meas, endocrinologue, PH temps partiel en 2014,
  • Dr Marie-Elisabeth TOUBERT, endocrinologue et spécialiste en médecine nucléaire, responsable de l’UF, PH temps plein.

Expertise et réseau de santé :

Depuis 2009, l’hôpital Saint-Louis est devenu centre expert clinique du réseau national TUTHYREF mis en place par l’INCa pour la prise en charge des tumeurs thyroïdiennes réfractaires. A ce titre, le service participe tous les 15 jours aux RCPs nationales pour présenter notamment par web conférence et audio conférence les dossiers des patients réfractaires aux traitements habituels.

En Octobre 2011 est créé le réseau de santé ville/hôpital Saint-Louis réseau thyroïde (SLRT), suite à l’accord de l’Agence Régionale de Santé, à l’initiative du Dr Marie-Elisabeth Toubert. SLRT a pour objectif d’aider les patients et les médecins de ville dans la prise en charge et le suivi régulier du cancer différencié de la thyroïde. Une stratégie de surveillance est proposée au cas par cas : soit surveillance hospitalière pure, soit alternée ville/hôpital, soit déléguée en ville, notamment selon les groupes pronostiques (classification TNM, âge) et le bilan d’évaluation pratiqué à l’issue du premier traitement en hospitalisation :

  • premiers patients inclus dans le réseau SLRT dès janvier 2012,
  • 3 FMC annuelles  organisées pour les médecins adhérents au réseau SLRT (mise à jour des connaissances permettant un suivi de qualité en ville des patients).

Depuis 2013 : le GH est reconnu centre expert AP-HP pour la prise en charge des cancers de la thyroïde au sein du centre intégré en cancérologie.

Prochain rendez-vous :

Saint-Louis va accueillir les 10 et 11 janvier 2014 l’ensemble des collègues du réseau TUTHYREF pour sa réunion annuelle (au programme : état actuel des connaissances, état actuel des protocoles en cours et à venir, présentations de projets scientifiques sur les tumeurs thyroïdiennes réfractaires).

Cette réunion scientifique TUTHYREF sera suivie par une conférence-débat destinée aux patients le 11 janvier 2014 de 14h à 16h : «Thyroïde: nodules, cancers… Quand traiter? Quand surveiller?  par le Pr Martin Schlumberger (chef du service de médecine nucléaire et oncologie endocrinienne, IGR) et le Pr Françoise Borson-Chazot (chef du service d’endocrinologie et de diabétologie, CHU Lyon). (organisateurs: SLRT et l’association de patients « Vivre sans thyroïde »)

 cliquez ici pour + d’infos sur la conférence